Stratégie européenne de la première région de France: pour et avec les franciliens

 

 

 

Merci Madame la Présidente,

Madame la Vice-Présidente,

Chers collègues.

Bien avant ce choc historique du 23 juin vous avez donné le ton en créant une vice-présidence en charge des affaires européennes et une commission dédiée.

C’est dire combien vous avez mesuré la nécessité d’Europe.

Les régions de France et la première d’entre elles doivent prendre à bras le corps cette question.

C’est dans ce sens que notre groupe s’est rendu à Bruxelles le mois dernier pour rencontrer les représentants régionaux et les responsables de la Commission européenne.

Aujourd’hui le constat est sans appel : l’Europe n’est pas celle que veulent les peuples, elle leur semble technocratique et imposée par les responsables bruxellois.

Pour éviter l’éclatement du bloc des désormais 27 pays membres il nous faut remettre le travail sur l’établi.

Les citoyens trouvent Bruxelles compliquée et éloignée ?

Alors construisons donc une Europe enracinée, transparente et proche de leurs préoccupations. Une Europe plus coopératrice.

En clair, il faut inverser les rôles, mettre en place une véritable stratégie du «  bottom up », améliorer la participation des citoyens à la prise de décision et surtout leur permettre de mieux appréhender ses bénéfices. C’est précisément le sens de notre amendement.

Une Europe enracinée, cela doit évidemment passer par une meilleure consommation des fonds européens. Les Franciliens les financent par leurs impôts et ils doivent donc pouvoir en voir la réalisation très concrète dans leur quotidien.

C’est le premier axe de ce rapport qui nous est présenté et c’est d’ailleurs l’occasion de tirer les leçons du précédent exercice 2007-2013 où le taux de consommation de l’enveloppe régionale, révélé en novembre dernier par la Commission européenne, était  le plus faible taux des régions métropolitaines avec le Limousin.

La nouvelle stratégie régionale entend donc suivre  les recommandations de la Cour des Comptes de Février 2015 à la fois par la concentration des aides pour renforcer l’efficacité des fonds européens et diminuer leur dispersion. Et aussi par l’amélioration des services en charge de l’allocation de ces fonds.

Je veux dire aussi Madame la Présidente, Madame la Vice Présidente que le groupe CD se félicite de la renégociation du programme FEDER et FSE régional pour inclure le financement d’infrastructures de transports et l’installation du très haut débit. Ce ne sera certainement pas chose aisée mais cela vaut la peine d’essayer et nous savons pouvoir compter sur votre ténacité.

Mais votre ambition dépasse le stade de la gestion des fonds pour mettre œuvre une véritable politique d’influence de la Région à Bruxelles.

Si l’absence de la France est criante alors qu’elle devrait être leader d’un sursaut, la première région de France se doit d’être à la hauteur de la situation.

C’est précisément le 2ème axe de ce rapport qui propose que la Région revoit sa représentation à Bruxelles par le développement de plusieurs actions :

Tout d’abord à travers la création de nouvelles coopérations avec les autres régions afin d’élaborer des solutions conjointes en matière de transport, de logement, d’environnement, d’emploi, ou pour rappeler les liens historiques et d’amitié entre les territoires européens.

Et puis revoir la représentation de la région à Bruxelles c’est aussi recentrer l’association Ile de France Europe ( IdFE) formidable outil d’influence régionale à Bruxelles dont la présence historique confère à la région Ile de France visibilité et reconnaissance des acteurs institutionnels.

La campagne du Brexit a démontré que les citoyens qui souhaitaient rester dans l’Union européenne étaient les plus alertes sur la question. Les jeunes par exemple ont massivement voté pour rester parce qu’ils ont perçu ce que l’Europe apportait au pays : innovation, dynamisme économique, échanges culturels, échanges commerciaux etc.

Il est de notre responsabilité de persévérer et de porter cet espoir.

Madame la Présidente, les propositions contenues dans ce rapport pour plus d’influence, pour une meilleure coopération avec nos concitoyens sur l’Europe est nécessaire et salutaire.

J’espère que vous saurez porter un regard bienveillant sur notre amendement améliorant les relations entre les citoyens et la sphère bruxelloise. Ces dernières semaines, nous avons entendu beaucoup de propositions pour réformer Bruxelles.

Agissons à notre niveau dès aujourd’hui.

 

Européens convaincus, vous pourrez compter sur le plein soutien du groupe Centre et Démocrates dans le déploiement de votre nouvelle stratégie.

Je vous remercie de votre attention.

Leave a comment

Your email address will not be published.


*