Pourquoi, je ne soutiens plus François Fillon dans sa course à l’élection présidentielle

À l’occasion de la Primaire ouverte de la droite et du centre , j’ai apporté mon soutien à François Fillon.

Je l’ai fait avec convictions – alors que les sondages le plaçaient en 4ème position – car le projet qu’il souhaitait porter pour la France me semblait le plus adapté à l’urgence et la gravité de la situation dans laquelle est plongée notre pays.

Je lui ai apporté mon soutien, aussi, parce qu’il incarnait une certaine forme d’intégrité, de probité, d’exemplarité.
Après la primaire et alors que sortaient les « affaires », c’est en respectant le principe de présomption d’innocence que j’ai pris le recul et le temps de la réflexion.
Aujourd’hui, les événements qui se succèdent remettent en cause des acquis démocratiques fondamentaux à mes yeux et à ceux des Français : le respect des institutions et l’indépendance de la justice, la liberté de la presse, la crédibilité de la parole donnée et la confiance indispensable à la réussite de l’alternance.
Fidèle à mes valeurs propres, à mon engagement au Mouvement Démocrate qui fait – depuis toujours – du changement des pratiques politiciennes archaïques et de la moralisation de la vie publique un combat, je ne peux que constater avec désarroi que le message porté par F. Fillon m’est devenu indéfendable.
C’est pourquoi j’ai décidé, en responsabilité et en mon âme et conscience de ne plus le soutenir dans sa course à l’élection présidentielle

Leave a comment

Your email address will not be published.


*